extrait de Candide, chap 19

En approchant de la ville, ils rencontrèrent un Nègre étendu par terre, n’ayant plus que la moitié de son habit, c’est-à-dire d’un caleçon de toile bleue ; il manquait à ce pauvre homme la jambe gauche et la main droite. « Eh, mon dieu ! lui dit Candide en hollandais, que fais-tu là, mon ami, dans l’état horrible où je te vois ?

– J’attends mon maître, M. Vanderdendur, le fameux négociant, répondit le Nègre. – Est-ce M. Vanderdendur, dit Candide, qui t’a traité ainsi ? –  Oui, monsieur, dit le Nègre, c’est l’usage. On nous donne un caleçon de toile pour tout vêtement deux fois l’année. Quand nous travaillons aux sucreries, et que la meule nous attrape le doigt, on nous coupe la main ; quand nous voulons nous enfuir, on nous coupe la jambe : je me suis trouvé dans les deux cas. C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe. Cependant, lorsque ma mère me vendit dix écus patagons sur la côte de Guinée, elle me disait : « Mon cher enfant, bénis nos fétiches, adore-les toujours, ils te feront vivre heureux, tu as l’honneur d’être esclave de nos seigneurs les Blancs, et tu fais par là la fortune de ton père et de ta mère. » Hélas ! je ne sais pas si j’ai fait leur fortune, mais ils n’ont pas fait la mienne. Les chiens, les singes et les perroquets sont mille fois moins malheureux que nous. Les fétiches hollandais qui m’ont converti me disent tous les dimanches que nous sommes tous cousins issus du germain. Or vous m’avouerez qu’on ne peut pas en user avec ses parents d’une manière plus horrible.

– Ô Pangloss ! s’écria Candide, tu n’avais pas deviné cette abomination ; c’en est fait, il faudra qu’à la fin je renonce à ton optimisme. – Qu’est-ce qu’optimisme ? disait Cacambo. – Hélas ! dit Candide, c’est la rage de soutenir que tout est bien quand on est mal. » Et il versait des larmes en regardant son Nègre, et en pleurant il entra dans Surinam.

Voltaire, Candide ou l’Optimisme, chapitre 19, 1759.

Publicités
Cet article a été publié dans Séquence 3 Candide. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour extrait de Candide, chap 19

  1. Problématique :
    Dans quelle mesure la rencontre avec le Nègre de Surinam affranchit-elle Candide?
    Commentaire
    ( exemple d’annonce du plan )
    Après avoir découvert l’Eldorado, pays de paix et de richesses, Candide et Cacambo rencontre un esclave noir mutilé. Le discours de ce dernier encadré par deux interventions de Candide permet au héros de s’affranchir des idées de son maître Pangloss.

    I. Le Nègre de Surinam ou un réquisitoire des Lumières contre l’esclavage
    A/ acceptation et soumission
    « j’attends mon maître, M. Vanderdendur, le fameux négociant » ici le verbe traduit la passivité et la soumission
    « c’est l’usage » = expression qui prouve qu’il n’y a pas de justification au malheur autre que la tradition
    « on nous donne » « on nous coupe »x2 = le pronom « nous » qui désigne les esclaves noirs est un COD, idée encore de la passivité ( ils subissent l’action des verbes )
    « mon cher enfant (… ) fortune de ton père et de ta mère » les paroles rapportées au style direct de la mère montre de manière vivante qu’elle prêche l’acceptation de l’ordre établi
    elle cherche à le persuader contre toute évidence de son bonheur ( à noter ici un parallèle avec les propos de Pangloss )
    ici encore par un renversement absurde la condition d’esclave devrait être un « honneur »

    B/ Critique du rôle de l’Église catholique
    « Hélas! » = interjection qui introduit une rupture et apporte un démenti à cette promesse de bonheur « Je ne sais pas si j’ai fait leur fortune (…) MAIS (marque de l’opposition ) ils n’ont pas fait la mienne. » structure en parallélisme qui souligne l’humour du Nègre
    « ils » pronom qui renvoie aux prêtres
    « fétiches » désignent les prêtres catho, il s’agit d’une moquerie car les fétiches sont des objets adorés par les primitifs
    la critique de la religion passe par celle de l’attitude hypocrite des prêtres « les fétiches me disent … que nous sommes tous les enfants d’Adam(…) coussins germains » le ton poli et détcahé d l’esclave se démarque de leur mensonges
    il s’agit d’un syllogisme implicite
    a) comme tous les hommes sont des enfants d’Adam
    b) les noirs sont cousins germains des blancs
    c) DONC ils doivent être traités comme des frères ( égalité universelle des hommes )

    « si ces prêcheurs disent vrai » ton ironique, feint de croire qu’ils disent la vérité
    « ces » adjectif démonstratif les mets à distance, les montre du doigt

    C/ Le scandale dénoncé, vers le pamphlet
    « mon maître,(…) le fameux négociant » = l’adjectif porte l’ironie
    « Vanderdendur » = mot valise, jeu de mots, qui traduit la méchanceté du pers
    vander = vendeur
    dendur = à la dent dure
    ce nom donne à la fois la fonction et le caractère
    allitération en -d apporte le ridicule et l’antipathie
    « on nous donne (..) on nous coupe » la juxtaposition et l’accumulation font ressortir la cruauté des esclavagistes
    passage du « je » au « nous » l.8 = l’esclave devient l’avocat de la cause des Nègres, c’est un raisonnement par induction ( passer d’un exemple personnel pour ensuite généraliser )

    « chiens, singes, perroquets » énumération des animaux pour marquer l’indignation
    « mille fois moins malheureux que nous » = hyperbole
    « OR vous m’avouerez (…) une manière plus horrible » marque la triste réalité + attitude contradictoire des prêtres
    émotion dans l’adjectif horrible qui fait écho à Candide au début du texte ( adjectif encadre le réquisitoire, prononcé une fois par Candide et une fois par le Nègre )
    « C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe »
    = scandale dénoncé, phrase tendue et incisive
    présentatif « c’est ..  » pour insister sur l’horreur subie par les esclaves
    manger du sucre but honteux
    cette phrase interpelle l’interlocuteur « vous »
    et montre le décalage monstrueux entre l’innocence des Européens et les souffrances des Noirs dans leurs colonies.

    II. Candide, un personnage en mutation
    A/ Un constat qui ébranle
    le dénuement du Nègre est traduit par l’adverbe restrictif  » ne.. que » + courte précision « c’est-à-dire d’un caleçon bleu  »
    la rencontre s’ouvre avec sobriété, simple constat  » il manquait à ce pauvre homme la jambe gauche et la main droite »
    cette apparente sobriété n’est là que pour mettre en relief l’émotion qu’elle suscite chez Candide
    B/ L’empathie de Candide
    vient du grec et signifie  » souffrance qui est à l’intérieur », donc action de ressentir les souffrances d’autrui
    cette empathie se manifeste verbalement « EH ! Mon Dieu ! (..)que fais-tu là, mon ami, dans l’état horrible où je te vois? »
    l’intensité est soulignée par les tournures exclamatives et interrogatives
    « mon ami » apposition affectueuse
    horrible = indignation

    mais également physiquement
     » et il versait des larmes, et en pleurant » périphrase + vb pleurer = insistance grâce à la répétition sur la manifestation physique de cette empathie ( nature de Candide sensible et compatissante )
    c’est une parodie d’un passage de l’Evangile ( Luc, XX, 41-44 ) [ quand Jésus fut près de Jérusalem, en voyant la ville, il pleura sur elle » ( complicité avec le lecteur )
    + Christ = figure de l’amour et de la compassion

    « son Nègre » adj. possessif marque la valeur sentimentale

    C/ le rejet de l’optimisme
    le discours du Nègre provoque une évolution capitale chez candide
    « Ö Pangloss ! » exclamation pleine de reproche
    « je renonce à ton optmimsme »
    sujet + choix du vb qui marque une prise de position
    « ton » adj possesif valeur péjorative et méprisante
    « abomination » inspire l’horreur et la répulsion
    « c’en est fait » expression qui marque la détermination du héros
    « Hélas!  » interjectiion qui témoigne de la détresse
    « bien / mal » antithèse = prouve l’imposture de cette philosophie
    philosohpie définit comme « rage » donc comme une maladie, une folie

    conclusion:
    Par le pathétique et l’ironie, Voltaire dévoile le caractère ignoble de l’esclavage afin de malmener la conscience des européens.
    cet extrait port en outre un coup supplémentaire à l’optimisme par la dénonciation du paradoxe entre le discours de l’Église catho et le sort inhumain réservé aux Noirs. Le héros, Candide, entame alors une évolution décisive pour la première fois il se révolte contre les leçons de son maître Pangloss. C’est le début d’une conquête de soi-m^me qui l’amènera à l’indépendance complète dans le chapitre final.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s